L’île Maurice est accessible sans passeport pour tous les touristes français, depuis le 1er novembre. Cette mesure temporaire sera valide jusqu’au 15 mars 2018. Elle concerne uniquement les vols directs depuis la France métropolitaine et l’île de La Réunion.

Promouvoir le tourisme à Maurice

Cet assouplissement est en vigueur depuis mercredi 1er novembre. Les touristes français qui souhaitent ainsi passer noël et nouvel an sur l’île Maurice n’auront pas besoin de leur passeport. Encore moins ceux qui prévoient de passer un séjour touristique sur l’île jusqu’à mi-mars 2018. Il leur suffit de présenter une carte d’identité nationale pour passer la frontière. Cette mesure s’applique essentiellement à tout départ depuis la France jusqu’au 14 mars inclus, et devrait booster le tourisme sur l’île. A noter toutefois que seuls les vols directs depuis la France métropolitaine, ainsi que ceux au départ de l’île de La Réunion, bénéficieront de cette dérogation.

Les procédures légales sur l’île

Une fois sur l’île Maurice, les touristes français devront présenter une carte nationale d’identité valide auprès du Bureau des passeports et de l’immigration, avant de s’initier au surf ou au kitesurf. Ce dernier leur délivre par la suite, un permis de séjour avec un timbre d’immigration mentionnant la durée de leur séjour. Selon le site lechotouristique.com, les touristes français doivent également présenter le même permis de séjour, au moment de quitter l’île Maurice.

L’OT de l’île Maurice de préciser également que seules les cartes nationale d’identité françaises dont la date effective est notée sur le document, seront acceptées, et non celles mentionnant la validité « étendue ».

Pour rappel, une mesure similaire a été appliquée dans les Antilles en 2009, en plein mouvement social. La dérogation s’est étalée sur une période de deux ans, permettant à près de 12 000 touristes français d’accéder à l’île Maurice sans passeport.

Le Bureau des Passeports et de l’immigration de l’île Maurice met à disposition un lien vers le texte officiel de cette dérogation provisoire, sur sa page web, pour toutes informations complémentaires.